lisse

2. lice ou lisse [ lis ] n. f.
XIIe; lat. licia, plur. neutre, fém. en lat. pop.
1Techn. Pièce du métier à tisser, dans laquelle passe un fil de chaîne.
2(Sing. collect.) Cour. Tapisserie de haute lice, dont les fils de chaîne sont disposés verticalement; de basse lice, horizontalement.
lisse 1. lisse [ lis ] adj.
lisce v. 1188; de 1. lisser
1Qui n'offre pas d'aspérités au toucher. Surface lisse. égal, uni. Notre voiture « glissait sur la longue bande de ciment lisse » (Céline). Pierre lisse. 2. poli. Écorce lisse du hêtre. Une peau lisse, douce, unie, sans rides. Cheveux lisses, non frisés. ⇒ 1. plat.
Anat. Muscles lisses et muscles striés.
Par ext. Eau lisse, dont la surface est parfaitement calme.
Qui ne présente pas d'inégalités à la surface. Colonne lisse, sans cannelures. Corde lisse, sans nœuds.
2Fig. Sans rien qui puisse choquer. « un jeune homme un peu fade, lisse, tèrs poli » (Le Nouvel Observateur, 1995).
⊗ CONTR. Âpre, granuleux, inégal, ridé, rugueux; crépu, hérissé. ⊗ HOM. Lice, lis. lisse 3. lisse [ lis ] n. f.
• 1606; de 1. lisser
Techn. Outil de cordonnier pour polir le cuir. fer. Outil de maçon pour polir les revêtements. lisse 4. lisse [ lis ] n. f.
XIIIe; → 1. lice
Mar. Membrure de la coque d'un navire placée contre les couples ou le bordé.
Aviat. Élément longitudinal reliant les couples d'un fuselage, d'une voiture. longeron.
Assemblage de pièces de bois servant de garde-fou. herpe.

lisse adjectif (de lisser) Dont la surface est unie, polie, sans aspérités : Avoir le visage lisse après s'être rasé.lisse (expressions) adjectif (de lisser) Canon à âme lisse, canon dont l'âme ne présente pas de rayures. ● lisse (homonymes) adjectif (de lisser) lice nom féminin lis nom masculin lisse nom féminin lisse forme conjuguée du verbe lisser lissent forme conjuguée du verbe lisser lisses forme conjuguée du verbe lisser lys nom masculinlisse (synonymes) adjectif (de lisser) Dont la surface est unie, polie, sans aspérités
Synonymes :
- égal
- glacé
- lustré
Contraires :
- crépu
- frisé
- hérissé
lisse nom féminin (variante de lice, du francique listja, barrière) Dans la construction navale en acier, raidisseur secondaire longitudinal, qui supporte les tôles des ponts, des bordés ou des fonds du navire. Pièce de bois ou barre métallique fixée sur des montants et servant, sur un bateau, de garde-corps. Petit longeron reliant les couples d'un fuselage ou les nervures d'une aile d'avion et conférant une forme régulière à l'ensemble. ● lisse nom féminin (de lisser) Type de calandre à rouleaux métalliques polis, utilisée pour conférer à un papier ou à un carton un certain uni de surface. ● lisse (homonymes) nom féminin (variante de lice, du francique listja, barrière) lis nom masculin lisse adjectif lisse forme conjuguée du verbe lisser lissent forme conjuguée du verbe lisser lisses forme conjuguée du verbe lisser lys nom masculinlisse (synonymes) nom féminin (variante de lice, du francique listja, barrière) Pièce de bois ou barre métallique fixée sur des montants...
Synonymes :
lisse (difficultés) nom féminin (de lisser) Orthographe 1. Pour désigner la pièce du métier à tisser, les deux graphies, lisse ou lice (du latin licium, fil), sont admises. Lisse est plus courant. Remarque Ne pas confondre la forme lice avec ses homographes lice, champ clos, et lice, femelle d'un chien de chasse. 2. On écrit métier de basse lisse, métier de haute lisse, sans trait d'union, mais un basse-lissier, une basse-lissière et unhaute-lissier, une haute-lissière (= un tapissier, une tapissière travaillant sur un métier de haute lisse ou de basse lisse), avec un trait d'union. - Plur. : des basse-lissiers, des basse-lissières ; des haute-lissiers, des haute-lissières. ● lisse (homonymes) nom féminin (de lisser) lis nom masculin lisse adjectif lisse forme conjuguée du verbe lisser lissent forme conjuguée du verbe lisser lisses forme conjuguée du verbe lisser lys nom masculinlisse ou lice nom féminin (latin populaire licia, du latin classique licium) Fil de métal portant un maillon ou une lamelle allongée percée d'un trou, dans lequel passe un fil de chaîne. (Les lisses peuvent être regroupées sur une même lame, ou commandées individuellement [tissage Jacquard].) ● lisse ou lice (expressions) nom féminin (latin populaire licia, du latin classique licium) Tapisserie de lisse, tapisserie exécutée avec des fils de trame colorés passés à la navette entre des fils de chaîne tendus sur un métier à lisses (métier de basse lisse, portant la tapisserie horizontalement, ou métier de haute lisse, la portant verticalement).

lisse ou lice
n. f. TECH Fil métallique ou textile portant un oeillet dans lequel passe le fil de chaîne, dans un métier à tisser.
|| Tapisserie de haute lisse, dont la chaîne est tendue verticalement. Tapisserie de basse lisse, dont la chaîne est tendue horizontalement.
————————
lisse
n. f.
d1./d MAR Membrure longitudinale de la charpente des fonds et de la muraille d'un navire.
d2./d CONSTR Barre horizontale servant de garde-fou ou d'appui.
————————
lisse
adj. Qui ne présente aucune aspérité. Surface lisse. Animal à poil lisse. Ant. rugueux.

I.
⇒LISSE1, adj.
A. — Qui présente une surface unie, égale. Anton. inégal, rugueux. Surface lisse.
Qui ne présente ni rugosités ni aspérités au toucher ou au regard. Écorce, feuille, tronc, pierre lisse. La grande Douvre, polie, unie, lisse, perpendiculaire, et comme taillée sur épure, était d'un seul morceau et semblait faite d'ivoire noir (HUGO, Travaill. mer, 1866, p. 246). Les deux oreillers bombés et tendus, il les flatte pour les rendre plus lisses encore (BUTOR, Passage Milan, 1954, p. 186) :
1. ... à mesure qu'on s'en allait vers l'ouest, tous les détails du monde lointain se séparaient l'un de l'autre par des ombres, des jeux de couleurs, et l'on ne voyait plus la masse verdoyante et lisse de la colline, mais on pouvait distinguer un arbre et sa forme (...) le corps anguleux des maisons et le miroitement des pigeonniers...
GIONO, Joie demeure, 1935, p. 161.
En partic.
Eau, mer lisse. Synon. égal. La mer m'apparaissait transformée, tantôt lisse et bleue, tantôt couverte de petites lames tranquilles (FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 94). P. anal. Ciel lisse. Pas un nuage, pas un souffle, rien qui plisse Ou ride cet azur implacablement lisse (VERLAINE, Œuvres compl., Jadis, Paris, Éd. Pléiade, 1938 [1884], p. 208).
[En parlant d'une partie du corps] Anton. fripé, ridé; frisé, hérissé. Ventre, visage lisse; chevelure, cheveux, poils lisse(s). Son front tout à l'heure sombre et froncé... Maintenant lisse et pur comme celui d'une jeune fille (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 18). La chair est criante; ce n'est plus cette peau plane, lisse, sans points de millet, sans granules, sans pores, cette peau uniformément trempée dans une cuve de rose et repassée au fer tiède par tous les peintres (HUYSMANS, Art mod., 1883, p. 262) :
2. Ce qui est lisse peut se prendre, se tâter, et n'en demeure pas moins impénétrable, n'en fuit pas moins sous la caresse appropriative, comme l'eau. C'est pourquoi l'on insiste tant, dans les descriptions érotiques, sur la blancheur lisse du corps de la femme. Lisse : qui se reforme sous la caresse, comme l'eau se reforme sur le passage de la pierre qui l'a trouée.
SARTRE, Être et Néant, 1943, p. 668.
Dans le vocab. de la crit. picturale. Caractérisé par une application mince et égale de la matière (peinture) sur le support. Matière, peinture lisse. Nous avons vu (...) les romantiques, par une réaction, d'ailleurs légitime, contre la manière lisse et émaillée des Guérin et des Girodet, affecter l'abondance de la pâte, jeter la couleur à la truelle (Ch. BLANC, Gramm. arts dessin, 1876, p. 576). La plus ancienne [technique de Renoir] le montre épris d'une facture lisse, où le couteau à palette remplace constamment le pinceau (MAUCLAIR, Maîtres impressionn., 1923, p. 107).
Qui ne présente pas d'inégalités de surface fonctionnelles. Colonne, cylindre lisse; canon à âme lisse. Les tubes [à fumée] (...) sont lisses ou munis d'ailettes (HERDNER, Constr. et conduite locomot., t. 1, 1887, p. 88). Les blocs [de pierre] y sont écrasés [dans le concasseur à mâchoires] entre deux mâchoires lisses ou cannelées et deux coins latéraux (J. CAHEN, BRUET, Carrières, 1926, p. 161) :
3. ... un changement dans les habitudes rurales s'était produit, qui avait détaché de secare l'idée de lame dentelée, de scie; la faucille lisse [it. ds le texte] s'était substituée à la faucille dentelée.
L. FEBVRE, Combats pour hist., 1906, p. 155.
Corde lisse. Corde qui ne présente pas de point d'appui (à la différence de la corde à nœuds) utilisée en sport; p. méton. exercice de grimper à la corde lisse. Ses succès à la course, au saut à la perche, à la corde lisse (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 41).
ANAT. Muscle lisse.
P. anal. [En parlant d'un son] Les notes tout ensemble blanches (au sens où l'on dit qu'une voix est blanche), lisses et transparentes, une adhésion si totale à la phrase mélodique que l'on ne pouvait même plus parler d'interprétation (DU BOS, Journal, 1928, p. 29). Les accords, pleins d'une sonorité lisse, répandent une sorte d'espace autour d'eux (J. BOUSQUET, Trad. du silence, 1935-36, p. 104).
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. On peut se demander (...) dans une humanité d'aveugles, (...) si (...) le lisse, le velouté, le rugueux ne passeraient pas pour des qualités sensibles élémentaires (RUYER, Esq. philos. struct., 1930, p. 121). Le lisse et le strié se distinguent (...) par le rapport inverse du point et de la ligne (la ligne entre deux points dans le cas du strié, le point entre deux lignes dans le lisse) (DELEUZE, GUATTARI, Mille Plateaux, Paris, Éd. de Minuit, 1980, p. 600).
B. — Au fig. Qui est vécu dans l'égalité d'âme ou d'humeur. Synon. calme, tranquille. L'amour... cette joie lisse, sans sursauts, sans doutes, sans déchirements (ANOUILH, Sauv., 1938, III, p. 235). Une vie sans événements, au cours lisse (GIDE, Et nunc manet, 1951, p. 1135) :
4. ... j'ai été souffrant toute la semaine : hier pourtant j'ai dû me rendre à Valvins, sur l'appel de ces femmes qui restent. Ç'a été une impression tiède, immense, lisse, le mélange du grand calme du pays si beau, de mes douleurs physiques et de souvenirs.
VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1898, p. 334.
REM. 1. Lisse, subst. fém. Instrument (en maçonnerie), machine (en papeterie, peausserie) servant à une opération de lissage. À la fin de la machine se trouve la lisse, composée de plusieurs rouleaux polis, refroidis ou chauffés, entre lesquels passe la bande de papier (BÉG. Estampe 1977). 2. Lisse, subst. fém., cordonn. Face latérale de la semelle (d'apr. RAMA 1973). La mode actuelle des lisses débordantes avec finition roulette dite « royale » (J. CHOUQUET-STRINGER, Le Matériel « chaussure » 1968 ds Technicuir, 1967, n° 9, p. 7). 3. Lisses, lices, subst. fém. plur. arg., vieilli. Bas de soie. (Ds SANDRY-CARR. 1963, ESN. 1966, Pt Lar. 1977). 4. Lissotrique, adj. [En parlant d'(individu appartenant à) une race donnée] Qui a des cheveux raides et droits. Il semble qu'il y ait eu plusieurs glissements de xanthodermes brachycéphales lissotriques en Amérique (HADDON, Races hum., 1930, p. 294).
Prononc. et Orth. : [lis]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. ca 1200 lisce « qui n'offre pas d'aspérités au toucher » (Aspremont, éd. L. Brandin, 4709); de nouv. 1546 lize (RABELAIS, Tiers Livre, éd. M. A. Screech, p. 55, ligne 33). B. Subst. 1. XIIIe s. lice « fer à repasser? » (Oustillement, II A ds Biens d'un ménage, 208 ds T.-L., v. aussi note, éd. U. Nyström, p. 215), hapax; 2. a) 1530 fém. lisse à papier « instrument servant à lisser le papier » (PALSGR.); b) 1902 « id. (du cuir) » (Nouv. Lar. ill.); 3. 1867 masc. « état d'une surface sans aspérité » (LITTRÉ). Déverbal de lisser. Fréq. abs. littér. : 798. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 971, b) 793; XXe s. : a) 735, b) 1 701. Bbg. WIND 1928, p. 87, 182.
II.
⇒LISSE2, LICE2, subst. fém.
A. — Pièce du métier à tisser consistant en un fil portant un maillon dans lequel passe un fil de chaîne, qui sert à séparer les fils pairs des fils impairs de manière à permettre le passage du fil de la trame. Chaque arcade [dans la mécanique Jacquard actuelle] porte une lisse à maillon traversé d'un fil de chaîne. Il en résulte qu'un crochet fait travailler 8, 10 ou 12 fils de chaîne (ARAUD, Ch. THOMAS, Fabric. drap, 1921, p. 36) :
... le tisseur par un travail régulier des deux jambes appuyant alternativement sur des « marches » faisait lever ou baisser des nappes de fils de chaîne (individuellement rentrés dans les maillons des lisses d'un harnais suspendu) entre lesquels il passait à la main une navette contenant le fil de trame.
THIÉBAUT, Fabric. tissus, 1961, p. 132.
P. méton.
Ensemble des fils constituant la chaîne. Lisses de soie, de fil, de coton (Ac. 1935).
Art de la tapisserie. Et la tapisserie, quelle fête elle donne! (...) Souhaitons que cet art aristocratique de la lisse ne soit pas sacrifié à l'utilitarisme (L'Œuvre, 6 mars 1941).
B. — Locutions
1. Basse lisse, lice. Technique de la tapisserie utilisant un métier où la chaîne est disposée dans un plan proche de l'horizontale. Métier, travaux de basse lisse. En basse lice, la chaîne étant tendue entre deux gros rouleaux, les ensouples, dans un plan proche de l'horizontale, la moitié de ses fils est passée (embarrée) dans une série de lices, dont l'autre extrémité est reliée à une pédale placée sous le métier (Encyclop. univ. t. 15 1973, p. 748).
Tapisserie de basse lisse, à basse lisse (vieilli); p. ell. basse lisse. Les souris grignotaient faméliquement quelques bouts de laine à l'envers de la basse lisse (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 8).
2. Haute lisse, lice. Technique de la tapisserie utilisant un métier où la chaîne est disposée verticalement. La haute lice a toujours été considérée comme plus artistique, parce que, dans la disposition imposée par la façon même dont le travail est exécuté, l'ouvrier, ayant son carton derrière lui, est obligé de conduire son ouvrage de mémoire, et par conséquent d'être, comme dessinateur et comme coloriste, d'une habileté supérieure (HAVARD t. 3 1889).
Tapisserie de haute lisse, à haute lisse (vieilli); p. ell. haute lisse. Cette chambre magnifique avec ses crépines de vieil or, ses sombres hautes-lisses flamandes (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 35). Il fallait revêtir ces murs de lambris en bois d'Irlande ou de ces tapisseries de haute lice, d'or et de fil d'Arras, si recherchées à cette époque [au quinzième siècle] (HUYSMANS, Là-bas, t. 1, 1891, p. 183).
De haute lisse (au fig.). D'une très grande qualité. Il a su mettre une bonne humeur, une finesse d'esprit, une fantaisie de haute lice qui en font [des dessins] des œuvres à part, des œuvres uniques, en art (HUYSMANS, Art mod., 1883, p. 222).
REM. Lisse, subst. masc. Armure la plus simple faite de toile de lin, de coton ou de chanvre. Synon. toile. Le lisse monté en compte très peu serré est la plus petite armure de tissu à jour (ARAUD, Ch. THOMAS, Fabric. drap, 1921, p. 150).
Prononc. et Orth. : [lis]. Ac. 1835 : lisse; lice vedette de renvoi. Ac. 1878 : lice; lisse vedette de renvoi. Ac. 1935 : lisse, lice. Étymol. et Hist. 1. Fin XIIIe s. [ms.] « fil, cordon » (Chanson des Saxons, éd. E. Stengel, t. 1, p. 126, 2558, var. du ms. L); 2. 1302 haulte lice (Ordonnances des métiers de Paris, 410 ds GAY, s.v. tapis); 3. 1419 basse lice (d'apr. BL.-W.3); 1690 basse lisse (FUR.). Du lat. pop. licia, plur. neutre pris pour un subst. fém. de licium « fil de trame » (conservé dans le Sud; cf. FEW t. 5, p. 312a).
DÉR. Lissage, subst. masc. Action de disposer les lisses d'un métier à tisser. (Dict. XIXe et XXe s.). — []. 1re attest. 1832 (RAYMOND); de lisse2, suff. -age.
III.
⇒LISSE3, subst. fém.
A. — MARINE
1. Pièce de bois servant à maintenir la membrure pendant la construction d'un navire (lisse d'exécution) ou servant de pièce de construction (membrure longitudinale sur certains navires ou dans d'autres parties de la coque). Lisse d'éperon. Les lisses d'exécution sont des ceintures solides qui maintiennent les branches des couples de levée, et indiquent la forme des pièces qui doivent remplir les intervalles entre ses couples; à mesure qu'elles gênent pour appliquer les bordages, on les enlève (WILL. 1831). L'invariabilité de forme du bordé [d'un navire de guerre] est assurée au moyen d'une ossature (...) composée de membrures transversales, ou couples, et de membrures longitudinales, ou lisses (CRONEAU, Constr. nav. guerre, t. 1, 1892, pp. 4-5). Voir HUGO, Travaill. mer, 1866, p. 184, s.v. hourdi(s)2.
En partic. Lisse (d'appui), p. ell. lisse. Pièce de bois servant de garde-fou ou d'appui. Accoudé sur la lisse du vaisseau, mes regards saisissent, pour s'en souvenir, ces formes classiques des montagnes de la Grèce (LAMART., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 104). John Mangles, penché sur la lisse du gaillard d'arrière, observait la marée (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 3, 1868, p. 54).
P. anal., AÉRON. Les lisses [d'une coque métallique d'avion] peuvent être des tubes carrés, des profilés en i (...) permettant le rivetage facile du recouvrement (GUILLEMIN, Constr., calcul et essai avions, 1929, p. 170).
2. Ligne figurant les différentes sections d'une coque de navire dans le plan perpendiculaire à celui du maître-couple (et servant à la confection des lisses d'exécution). La représentation de la surface [d'un navire, sur un projet] est obtenue (...) en traçant des intersections : Avec trois séries de plans parallèles (...); Avec une série de plans appelés lisses planes (...) qui peuvent rendre des services pour l'étude de la surface (CRONEAU, Constr. nav. guerre, t. 1, 1892p. 13).
B. — CONSTR. Synon. de lice1 (v. ce mot B).
Pièce de bois (ou de béton) assemblée horizontalement sur des poteaux servant de main courante dans un garde-fou ou servant à former une barrière. [Les barrières en menuiserie] sont formées en général de poteaux supportant des lisses en bois (BRICKA, Cours ch. de fer, t. 1, 1894, p. 270).
P. méton. Barrière. Une courte avenue de cinquante mètres bordée de lisses blanches (LA VARENDE, Tourmente, 1948, p. 56).
En partic. ,,Forte pièce de bois utilisée par les marbriers italiens pour descendre les blocs sur les terrains en pente`` (NOËL 1968). Les blocs de marbre sont arrimés côte à côte sur deux lisses que l'on fait glisser sur des traverses en bois soigneusement savonnées (NOËL 1968
REM. Lisse, subst. fém., région. (Canada). a) Rail de chemin de fer. (Ds DIONNE 1909, Canada 1930). b) Barre de glissement placée sous un traîneau ou sous les patins d'un traîneau. Il (...) frotta au clair les lisses de sa traîne (F.-A. SAVARD, Menaud, maître-draveur, Montréal et Paris, Fides 1968 [1948], p. 132). P. méton. Traces laissées par les patins d'un traîneau, les roues dans un chemin (d'apr. DIONNE 1909, Canada 1930).
Prononc. et Orth. : [lis]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. [XVIe s. mar. « ceinture de bois qui, dans un navire en construction, maintient à leur place les coupoles qui doivent former la carcasse » d'apr. JAL1]; 1643 « id. » (FOURNIER, Hydrographie, Paris, p. 15); 2. 1691 lice « assemblage de pièces de bois servant de garde-fou » (AVILER, Cours d'archit., t. 2, p. 643). Var. graphique de lice1. Fréq. abs. littér. : 39.
DÉR. 1. Lissage, subst. masc. Opération de mise en place des lisses; ensembles des lisses d'un navire. (Dict. XIXe et XXe s.). []. 1re attest. 1832 (RAYMOND); de lisser, infra, suff. -age. 2. Lisser, verbe trans. Poser les lisses d'un navire. Lisser un navire. (Dict. XIXe et XXe s.). [lise], [il] lisse [lis]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1re attest. 1681 « garnir de lisses (un navire) » (Lettre de Renan l'Eliçagarai, 13 sept. ds JAL1, s.v. coupe); de lisse3, dés. -er. L'anc. lang. atteste également soi licier « se protéger par des palissades » (début XIIIe s. ds GDF.); licier « fermer au moyen d'une palissade » (1293-XIVe s., ibid.) et licier « entourer (en général) » (XVIe s., ibid.).

2. lice ou lisse [lis] n. f.
ÉTYM. XIIe; du lat. licia « fils de trame », plur. de licium.
1 Techn. Pièce du métier à tisser, cordelette en forme d'anneau portant une maille ou œillet dans lequel passe un fil de chaîne; lamelle assurant la même fonction.
1 Plusieurs lisses, comprenant des fils verticaux respectivement munis d'un œillet, formaient l'une derrière l'autre des plans perpendiculaires à la chaîne qu'elles traversaient de part en part.
Raymond Roussel, Impressions d'Afrique, p. 125.
2 (Au sing. collectif). Mod. || Tapisserie de haute lice, dont les fils de chaîne sont disposés verticalement (→ Harceler, cit. 7). || Tapisserie de basse lice, dont les fils de chaîne sont disposés horizontalement (→ Grignoter, cit. 1). Licier (haute licier, basse licier).
2 (…) une chambre boisée en noyer, tapissée en tissus de haute lice de Flandre (…)
Balzac, Maître Cornélius, Pl., t. IX, p. 937.
3 Techn. Ensemble des fils de chaîne, dans la fabrication des rubans.
DÉR. Licier.
HOM. Voir 1. Lice.
————————
1. lisse [lis] adj.
ÉTYM. V. 1188, lisce; de 1. lisser.
A
1 Qui n'offre pas d'aspérités, de rugosités au toucher. || Surface lisse. Égal, uni. || Glisser sur une surface, une paroi lisse. || Rocher (→ Arc, cit. 7), pierre lisse. Poli. || Écorce lisse du hêtre (cit. 2). || Feuille, tige lisse. || Fruit lisse (→ Cerise, cit. 3). || Une peau, une chair (cit. 21) lisse, une peau, une chair douce, unie. Doux. || Visage frais (cit. 29) et lisse. Glabre. || Cheveux (cit. 24) lisses. || Le poil lisse du jaguar (cit. 1). || Laine (cit. 3) lisse et laine crépue.Par ext. || Eau lisse, dont la surface est parfaitement calme et plane (→ Canal, cit. 7). || Mer lisse. || Ciel calme et lisse (→ Haut, cit. 93).
1 (Elle) ne supportait pas de sortir en caïque si l'eau n'était lisse comme un miroir.
Loti, les Désenchantées, VI, XL.
2 (…) notre voiture (…) glissait sur la longue bande de ciment lisse.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 200.
3 L'eau de la rivière a tant lavé son lit que même la lumière glisse sur l'onde lisse et tombe au fond avec le lourd éclat des pierres.
Tristan Tzara, l'Homme approximatif, p. 20.
N. m. || Le lisse et le rugueux. Spécialt (en peinture). || Matière, peinture lisse.
2 Qui ne présente pas d'inégalités importantes et pratiquées à la surface. || Colonne lisse, sans cannelures. || Canon à âme lisse, sans rayures.Corde lisse, sans nœuds.
Muscles lisses, non striés.
3 Dont le timbre, la sonorité est régulier, doux. || Son, sonorité lisse.
B
1 Fig. et littér. Doux et régulier. || Une joie, une vie lisse. || Une impression lisse.
2 Conventionnel, normalisé et fade, qui ne peut pas choquer. || « (…) créer un Homme lisse, un mutant universel et sans personnalité propre » (le Monde, 6 juil. 1998, p. 8).
CONTR. Âpre, granuleux, grenu, inégal, rugueux; bourru; cotonneux, velu; barbu, poilu; fripé, ridé; frisé, hérissé.
HOM. 1. Lice, 2. lice, 3. lice, 1. lis, 2. lisse, 3. lisse, 4. lisse; formes des v. 1. lisser, 2. lisser.
————————
2. lisse [lis] n. f.
Techn. 2. Lice. Vén. 3. Lice.
HOM. V. 1. Lisse.
————————
3. lisse [lis] n. f.
ÉTYM. 1606; de 1. lisser.
Techn. Outil de cordonnier pour polir le cuir. Fer. Outil de maçon pour polir les revêtements. aussi Lissette.
HOM. V. 1. Lisse.
————————
4. lisse [lis] n. f.
ÉTYM. XVIe, lice; → 1. Lice.
1 Mar. Membrure longitudinale de la coque d'un navire placée contre les couples ou contre le bordé. || Les lisses et les couples d'une coque.
Ligne figurant les sections d'une coque de navire dans un plan perpendiculaire à celui du maître couple. || Lisses planes.
Aviat. Élément longitudinal reliant les couples d'un fuselage, d'une voiture. Longeron.
2 (1691). Mar. Assemblage de pièces de bois plates posées transversalement sur les chandeliers pour servir de garde-corps.On dit aussi lisse d'appui, pour distinguer des lisses au sens 1.
0 Et le plus jeune des voyageurs, s'asseyant de trois quarts sur la lisse : « Je veux bien vous parler des sources sous la mer… » (…)
Saint-John Perse, Éloges, VII.
Par ext. Pièce horizontale d'un garde-fou, d'une barrière. || Lisses en bois, de bois, de béton. || Lisse supérieure (main courante), inférieure.
DÉR. 2. Lisser.
HOM. V. 1. Lisse.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • lisse — 1. (li s ) adj. 1°   Qui n offre aucune aspérité. Surface lisse. •   Les cheveux noirs et lisses, la peau basanée, BUFF. Hist. nat. de l homme, t. V, p. 3. •   Quelque pesant, quelque opaque, quelque lisse qu un caillou puisse être, il est percé… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Lisse — Lisse …   Wikipedia Español

  • lissé — lissé, ée (li sé, sée) part. passé de lisser. 1°   Rendu lisse. Les cheveux peignés et lissés.    Terme de confiseur. Amandes lissées, amandes pelées et couvertes d une croûte de sucre. 2°   S. m. Qualité de ce qui est lisse. •   Je promenais les …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • lisse — LISSE. adj. de t. g. Uni & poli. Une estoffe lisse. une moire lisse. tous les corps lisses sont froids au toucher. cela est lisse comme du verre …   Dictionnaire de l'Académie française

  • lisse — Lisse, f. penac. Qu on escrit aussi Lice, Curriculum equestre aut lancearium, voyez Lice. Et en fait de navires, Lisse est une corde servant à guinder et amener la vergue de la grand voile, laquelle passe par l un des deux rouets estans au cul de …   Thresor de la langue françoyse

  • Lisse — Lisse, Dorf im Bezirk Leyden, Gouvernement Südholland (Niederlande); Blumenzucht; 1300 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Lisse — (franz.), Kette in der Weberei, s. Weben …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Lisse — Porté dans le Nord Pas de Calais et en Belgique, c est une probable variante de Lys (voir ce nom), parfois renconté aussi sous la forme Lis …   Noms de famille

  • Lisse — (from Lisson, supple, flexible) A very flimsy chiffon fabric woven from silk yarns with crepe twist. The yarns are exceedingly fine. Used for long veilings and light dresses. Made in 41 in. and about 6 to 7 yards per lb. weight. The word is also… …   Dictionary of the English textile terms

  • lissé — Lissé, [liss]ée. part …   Dictionnaire de l'Académie française

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.